Environnement‎ > ‎

LE MOUSTIQUE TIGRE : La progression s'accélère




La surveillance spécifique du moustique Tigre est devenue nécessaire en France pour plusieurs raisons

1-Cette espèce de moustique est nouvelle en zones tempérées, et provoque de nouvelles situations d’alertes sanitaires.

2-Le moustique Tigre est vecteur potentiel de maladies graves (la dengue et le chikungunya) lesquelles connaissent des épisodes épidémiques réguliers dans des zones touristiques (et en particuliers dans nos départements d’outre-mer) très appréciées par les voyageurs français et européens, qui représentent donc autant de facteurs de risques une fois revenus dans l’hexagone. De plus, le CNEV (Centre National d’Etude des Vecteurs) signalait dans une étude publiée récemment, que la souche française du moustique tigre « est parfaitement capable de transmettre la dengue et le chikungunya ».

3-La colonisation du territoire français par le moustique Tigre est de plus en plus rapide (pour voir l’animation vidéo, cliquez ici) et concerne maintenant une vingtaine de départements.

4-Les phénomènes épidémiques sont très rapides pour se propager. On se souvient de l’Italie en 2007, période où le chikungunya et la dengue n’étaient pas spécialement surveillés.

-Fin juin: une personne porteuse de la maladie arrivait dans le pays.
-Début juillet, le premier cas autochtone était déclaré,
-Au bout d’un mois et demi on recensait 300 cas…

Moustique tigre en France: la progression s’accélère en métropole : 18 départements en vigilance rouge -16 départements en vigilance orange – 52 départements sous veille entomologique.

La plateforme web Vigilance moustiques alerte sur l’accélération significative de la progression du moustique tigre en métropole, et sur la nécessité d’amplifier l’appel à la vigilance citoyenne dans les départements en vigilance orange.

Une animation vidéo est disponible sur le site www.vigilance-moustiques.com

Carte-22-mars-2013-Albopictus_DENV_CHIKV_Metropole_new

Comme chaque année, la direction générale de la santé a lancé le 1er mai le plan national d’anti dissémination contre la dengue et le chikungunya et a concentré sa communication sur les 18 départements où le moustique tigre est déclaré « implanté et actif »  (signalés en rouge sur la carte actualisée vigilance moustiques 2014).

Mais cette année, le dispositif s’intensifie notablement, face à une progression du moustique qui s’accélère. Et au-delà des 18 départements signalés en rouge, le plan anti-dissémination a étendu son dispositif de veille entomologique (réservé à l’étude de zones sensibles) à 52 départements, ce qui porte à 70 départements, la couverture du plan anti-dissémination contre la dengue et du chikungunya.

Sources : site www.sante.gouv.fr et VBORNET – « European Centre for Disease Prevention and Control » dont l’un des relais en France est le CNEV.

Départements en « vigilance orange » : une veille citoyenne encore plus nécessaire

L’expérience montre que les départements Orange passent la plupart du temps au rouge et méritent donc une attention particulière. Vigilance-moustiques estime encore plus nécessaire une veille citoyenne dans ces départements en « vigilance orange » puisqu’ils ne sont pas encore inscrits dans la liste des 18 départements en vigilance rouge, et ne bénéficient donc pas des dispositifs de veille épidémiologique exceptionnels et remarquables d’efficacité prévus dans le cadre du plan anti-dissémination contre la dengue et le chikungunya. Et pourtant, les chances d’y retrouver le moustique tigre y sont plus élevées qu’ailleurs…

Le plan dans les 18 départements de métropole en état d’alerte sur les risques épidémiques

Le 1er Mai , La Direction Générale de la Santé va lancer officiellement pour la 6ème année consécutive son plan national anti-dissémination de la dengue et du chikungunya qui prévoit notamment des dispositifs spécifiques de surveillance dans les 18 départements où le moustique tigre a été déclaré implanté et actif.

Ce dispositif se traduit sur le plan sanitaire par :

  • une sensibilisation des professionnels de santé et des laboratoires d’analyse
  • la déclaration et l’analyse accélérée des cas suspects (poussée brutale de fortes fièvres…)
  • la désinsectisation localisée autour des cas avérés
  • une communication vers les populations concernées

Pour mémoire : En 2013, un peu plus de 170 « cas importés » plus un « cas autochtone » (dans les Bouches du Rhône) de dengue ont été enregistrés.

Un dispositif de veille entomologique

L’état a aussi mis en place un dispositif de surveillance entomologique du territoire, en confiant en particulier les zones sensibles à des organismes publics experts (les EID-Ententes Interdépartementales de Démoustication Méditerranée, Atlantique, Rhone Alpes) ou bien des associations d’entomologistes.

VIGILANCE-MOUSTIQUES milite pour ajouter à ce dispositif ciblé, « LA VIGILANCE-CITOYENNE », la seule en mesure de couvrir l’ensemble du territoire par l’association du grand public à cette nécessité

En cas de présence d’un moustique tigre, il faut immédiatement le prendre en photo et l’envoyer à un site de déclaration de cas, à savoir le site vigilance-moustiques.com ou Signalement moustique http://vigilance-moustiques.com/declarer-un-cas/. Le signalement est ensuite transmis à des organismes de démoustication chargés d’authentifier le cas et de voir s’il y a lieu d’intervenir en bombardant l’endroit d’insecticide pour éviter sa reproduction. 


Moustique tigre : comment le reconnaître ? – ce qu’il faut savoir sur lui

L’AedesAlbopictus est plus petit qu’une pièce de 1 cent (il ne mesure que quelques millimètres), il a un vol assez lent et il est facile à écraser en vol. Vu de plus près, on distingue qu’il est noir avec des rayures blanches sur les pattes et sur l’abdomen, ce qui lui vaut son surnom de moustique tigre (on aurait dû l’appeler moustique zèbre, mais il perdait sa connotation dangereuse.

Habitué dès son origine asiatique à naître dans des petits gites (plantes retenant l’eau), il a pu aisément coloniser toutes sortes de gites larvaires accidentels que lui propose l’environnement urbain et péri-urbain : coupelles sous les pots de fleurs, arrosoirs, vieux pneus, gouttières bouchées, etc…). La meilleure solution pour mieux s’en prémunir est de vider toutes ces petites « retenues d’eau » ou de les renouveler au moins une fois par semaine (cf article : http://vigilance-moustiques.com/moustiques-en-france/comment-se-proteger/)

Venu d’Asie, le moustique tigre est d’une adaptabilité hors du commun, ce qui lui a permis de coloniser 60 pays dans le monde, et de faire partie des 10 espèces les plus invasives au monde (source signalement-moustique.fr).